Océano

textes

Sur cette page, nous avons rassemblé différents textes que l'équipe a rédigés sur le projet. L'écriture s'est accélérée avec l'arrivée de la pandémie et l'obligation de rester à l'intérieur, lorsque le programme s'est concentré précisément sur les déplacements. Les réflexions développées dans les textes parlent de distance, de différence, d'être ici et là-bas. Travailler avec une équipe internationale en temps de crise sanitaire, de pandémie, d'enfermement sont les défis qui servent ici de matière à réflexion.

croquis biolab2.jpg
 

Le cœur du projet repose sur le développement d'un dispositif dérivant pour la reconnaissance et la sensibilisation des territoires, de leurs espèces, habitats, matérialités et communautés. Nous sommes intéressés par le fait que sa propulsion et son mouvement soient générés de manière durable, le vélo étant un bon point de départ pour réaliser des itinéraires et réaliser des collections et des travaux spécifiques.

Dans cette première étape du projet, nous imaginons un habitat pliable, avec une dynamique de pliage et de dépliage. Nous ne sommes pas intéressés par l'exploration de différents matériaux durables et le recyclage de matériaux locaux en expérimentant différentes techniques de fabrication numérique et de bio-conception.

Nous récupérons différents éléments de tenségrité pour créer cet objet mobile bio-inspiré par son contexte, de la morphologie du mouvement des marées aux espèces marines locales. Nous sommes intéressés par le fait que le Biolaboratoire est fait avec le territoire, et pas seulement en son sein.

D'autre part, il est également important de tenir compte de sa fonctionnalité. Cet habitat est une station d'études biologiques et environnementales, intégrant différentes stations de détection et des plateformes technologiques d'action.

 

En raison du poids de l'objet et de la facilité de transport, nous envisageons de diviser la structure en plusieurs parties.  

Les enceintes périphériques sont conçues comme une série de structures déployables formant chacune une série de structures habitables capables d'être intégrées dans les corps avec lesquelles une série d'activités et d'activations peuvent être réalisées. Ces structures sont constituées d'une série de modules basés sur les principes de base de la tenségrité.

Les structures architecturales en tenségrité reposent sur un principe structurel basé sur l'utilisation de composants comprimés isolés au sein d'un réseau continu tendu, de telle sorte que les éléments comprimés (généralement ponctuels) ne se touchent pas et ne sont reliés qu'au moyen de composants tendus (généralement des câbles) qui délimitent spatialement le système.

Nous sommes intéressés par l'utilisation de ce système structurel en raison de son poids et de son efficacité en matière de renforcement.

Nous sommes actuellement en phase de test avec une série d'aménagements, de prototypages et d'expérimentations avec des biomatériaux.

croquis%20biolab3_edited.jpg
 
there-be-monsters.jpg

Notre projet implique le développement et l'articulation communautaire d'un biolaboratoire mobile et modulaire comme dispositif et plateforme d'étude et d'action environnementale intégrale, axée sur la sensibilisation, la conscientisation et la préservation des écosystèmes présents dans le parc naturel marin de l'estuaire de la Gironde. La première étape de l'exploration du territoire a été affectée par la pandémie. Nous n'avons jamais pu atteindre le parc et cela ne sera pas possible dans un avenir proche.

En réfléchissant à la manière de déployer des actions qui nous permettraient d'agir sur le territoire (territoire, espace, lieu ?), plusieurs questions et idées ont émergé.

De quoi parlons-nous lorsque nous faisons référence à l'espace, au territoire ou au lieu ? Lorsque nous parlons d'espace, nous nous référons à la condition et à la dimension où l'expérience est basée. Le territoire, quant à lui, est le produit de cette expérience, il est l'espace incarné, approprié, vécu. C'est l'espace traversé et façonné par l'histoire, la culture, l'art. Il s'agit d'une construction. Un lieu, en revanche, est un territoire qui peut être nommé (Buenos Aires, La Rochelle, Caseros). Le territoire fonctionne donc presque comme une interface reliant l'espace au lieu. Un lieu peut être tel parce qu'il est avant tout un territoire, et le territoire est tel parce qu'il est le produit d'une expérience dans l'espace. Il s'agit d'une conquête, d'une appropriation d'un certain espace.

L'expérience, c'est-à-dire l'action appropriée dans l'espace pour qu'il devienne un territoire, est-elle possible si nous n'habitons pas physiquement cet espace, si nous ne le traversons pas ? Comment pouvons-nous générer une expérience à distance ? La distance, lorsqu'elle diffère (axe temporel) et sépare (axe spatial) n'efface-t-elle pas alors la possibilité d'émergence d'un territoire ? Ces questions, et d'autres, sont apparues avant le choc initial de voir l'espace disparaître dans notre isolement, ce qui a également soulevé des dilemmes à propos d'un projet qui se voulait collaboratif et qui, du moins, ne l'était pas. Il n'a jamais été prévu que cette collaboration se fasse à distance.

La vérité est que jusqu'alors, tout ce qui était prévu semblait disparaître. Et puis, comment générer des territorialisations s'il n'y a pas d'espace ? Selon Régis Debray, "ce n'est pas parce que nous connectons le monde au réseau que nous pourrons habiter ce réseau comme un monde". Alors, est-il possible d'expérimenter l'espace, de le conquérir et de le territorialiser, à partir de ce réseau dans lequel nous sommes piégés en période de pandémie ?

 

Partant de notre échec initial (l'impossibilité d'espace et donc de territoire pendant la pandémie), nous nous sommes mis à travailler à partir du possible. Et le possible n'est rien d'autre que ce que notre imagination peut façonner. Peut-être que ce travail d'imagination du Parc Maritime de Gironde ne fait que déployer des expériences dans des espaces imaginaires, qui ne sont pas vraiment les espaces du Parc Maritime lui-même et qui ne peuvent même pas générer de réelles territorialisations, mais qui, potentiellement, peuvent entrer en dialogue avec cet espace physique à partir du désir et de l'imaginaire.

Ce n'est pas non plus un espace unique, mais autant d'espaces qu'il y a dans chacun des univers imaginaires de tous ceux qui travaillent sur le projet. Il s'agit donc de générer nos propres territoires imaginaires. Ou du moins, il essaie de le faire.

L'idée qui est également née est de confronter ces espaces imaginaires du parc maritime avec les espaces réels, ce qui pourrait être un exercice intéressant et pourrait soulever de nouvelles questions lors de l'expérience du parc.

Le monde fantastique de Borges, Tlön, peut exister ou non, mais il s'infiltre progressivement dans la réalité et prend le dessus. Ce que les hommes imaginent n'est pas moins réel que ce qu'ils appellent la réalité, selon l'écrivain ("Prologue à Marco Polo : la description du monde"). De même, les espaces imaginaires du parc maritime peuvent permettre de créer des territoires imaginaires ou même réels.

croquis biolab.jpg
 
Copy of cerca.png

Partant de notre échec initial (l'impossibilité d'espace et donc de territoire pendant la pandémie), nous nous sommes mis à travailler à partir du possible. Et le possible n'est rien d'autre que ce que notre imagination peut façonner. Peut-être que ce travail d'imagination du Parc Maritime de Gironde ne fait que déployer des expériences dans des espaces imaginaires, qui ne sont pas vraiment les espaces du Parc Maritime lui-même et qui ne peuvent même pas générer de réelles territorialisations, mais qui, potentiellement, peuvent entrer en dialogue avec cet espace physique à partir du désir et de l'imaginaire.

Ce n'est pas non plus un espace unique, mais autant d'espaces qu'il y a dans chacun des univers imaginaires de tous ceux qui travaillent sur le projet. Il s'agit donc de générer nos propres territoires imaginaires. Ou du moins, il essaie de le faire.

L'idée qui est également née est de confronter ces espaces imaginaires du parc maritime avec les espaces réels, ce qui pourrait être un exercice intéressant et pourrait soulever de nouvelles questions lors de l'expérience du parc.

Une partie du processus sensible de ce projet est l'exploration de ces sensibilités et gestes marins qui peuvent compléter les stratégies de "vivre avec" d'autres matérialités, êtres et agences océaniques. Le fait de pouvoir comprendre de plus près l'agence matérielle et la nature transitoire des systèmes et relations dynamiques de l'océan nous fournit une base conceptuelle pour comprendre la nature de sa transition elle-même. Ainsi, trouver des moyens de mieux vivre avec l'océan pourrait nous amener à mieux vivre avec ses mutations actuelles. Comment pouvons-nous créer des imaginaires pour cohabiter de manière plus conviviale avec l'océan en période de changement climatique ?

A partir des arts électroniques, nous trouvons une lacune dans la construction d'un cadre de pensée écologique-conceptuel qui aborde la génération de connaissances sensibles et spéculatives sur les diversités écologiques et affectives océaniques, à partir des pratiques complexes de penser-faire. En abordant l'océan, nous souhaitons créer un exercice et une œuvre affective et imaginative à travers les mouvements océanographiques marins. À partir d'une possible gestualité marine, nous sommes intéressés par la création d'une série d'interfaces permettant de capter des informations sur les mouvements immergés dans l'océan lointain et profond.

Le monde fantastique de Borges, Tlön, peut exister ou non, mais il s'infiltre progressivement dans la réalité et prend le dessus. Ce que les hommes imaginent n'est pas moins réel que ce qu'ils appellent la réalité, selon l'écrivain ("Prologue à Marco Polo : la description du monde"). De même, les espaces imaginaires du parc maritime peuvent permettre de créer des territoires imaginaires ou même réels.